Regard sur Mon livre de visages de la traductrice Laurence Sendrowicz

D’une très grande modernité dans sa structure, le texte reflète avec justesse, sans explications sociologiques ni psychologiques superflues, quelque chose de la jeunesse d’aujourd’hui – d’une part
très concentrée sur elle-même et ses « petits » problèmes existentiels, d’autre part rattrapée par la réalité qui l’entoure. Les dialogues sont brefs, volontairement plats et ancrés dans le vocabulaire de l’époque – un vocabulaire dont il faut assumer le côté très branché – c’est-à-dire qui risque de devoir être actualisé de temps en temps.
Cette pièce, parce qu’elle est située en Israël (bien que les noms de lieux soient assez flous) permet d’exacerber l’urgence des questions soulevées, la menace n’étant jamais bien loin.
La grande originalité tient du dispositif scénique : la moitié des scènes se passent dans le monde réel, l’autre sur les réseaux sociaux, or il est bien stipulé qu’il n’y aura ni écran, ni ordinateurs sur scène… un langage à inventer qui rend l’entreprise très excitante !

Mon livre de visages

Source : Site de la Maison Antoine Vitez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s