Regard sur Pouces en l’air

Cette pièce a pour thème central les frontières, les gens à l’intérieur et autour d’elles : les gens qui traversent les frontières pour le plaisir de voyager (les jeunes femmes), ceux qui sont enfermés à l’intérieur d’elles (les locaux) et ceux qui les traversent pour survivre (les migrants).
La pièce commence comme une banale aventure d’été et, grâce à une montée en tension savamment orchestrée, bascule dans la tragédie. À travers les scènes où les personnages symbolisent les
différents pans de la société enlisée dans une transition qui n’en finit pas, l’auteure dresse le portrait de tout un pays, ausculte les différences sociétales entre Europe de l’Ouest et les Balkans et présente les problématiques politiques actuelles d’une façon originale.
La forme choisie est rare au théâtre, c’est celle d’un road movie. Et cependant les personnages, la forme des répliques et les situations sont résolument théâtrales.
Il faut souligner la virtuosité dans la construction et la progression dramatique : les jeunes stoppeuses perdent à chaque course un peu plus des effets personnels qu’elles avaient au début. Lors de l’avant dernière course, l’une d’entre elles accepte même d’épouser un homme et de devenir ainsi son visa pour l’Union européenne. À la fin, elles fusionnent avec un groupe de migrants qui traversent les Balkans dans l’espoir de se rendre en Suède. Ces mêmes migrants dans la vie réelle sont dépouillés de leurs effets personnels et souvent, dans un imbroglio administratif et politique, traités comme des choses. Le cercle se referme et l’on comprend qu’à travers des saynètes très drôles, l’auteure se
défend de donner une vision (trop) optimiste de ce qui nous attend.
Novatrice et habile dans la forme et subtile dans le fond, cette pièce touche chaque membre de ces trois mondes qu’elle fait se rencontrer.
La pièce a été très remarquée lors du programme Stückemarkt du prestigieux festival berlinois Theatertreffen où elle est passée au premier tour (parmi plus de 300 projets). La première mondiale du texte a eu lieu en février 2018 au théâtre The Cherry Arts à Ithaca, aux Etats-Unis. La première allemande aura lieu au Schauspiel de Stuttgart en avril 2018. En mars 2018, Iva a reçu pour ce texte le prix le plus prestigieux décerné à un texte dramatique contemporain en Serbie – le prix de Sterijino Pozorje.

Source : Site de la Maison Antoine Vitez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s