Regard sur Lait noir ou Voyage scolaire à Auschwitz du traducteur Laurent Muhleisen

Le théâtre de Holger Schober est en prise directe avec les problématiques de son époque. Son écriture est dynamique et s’adresse de façon très concrète au public adolescent. Les situations sont quotidiennes, comme le langage. La construction
révèle progressivement, selon un schéma dramaturgique ménageant un fort suspense, le champ du sujet traité. Le titre Lait noir est inspiré d’un poème de Paul Celan, qui se trouve à la fin de la pièce.
La pièce a été écrite dans un double contexte : celui du danger de xénophobie et de racisme qui touche non seulement une jeunesse allemande en perte de valeurs, mais toutes les populations européennes qui continuent à penser aux « autres Européens » en fonction de clichés souvent éculés (la pièce parle donc fortement d’un « déficit d’Europe »), et celui du devoir de mémoire, pour une génération pour qui les grands crimes du XXème siècle ne représentent plus qu’un chapitre parmi d’autres de leurs livres d’histoire, dont ils ne savent quelles leçons tirer.

Lait noir ou Voyage scolaire à Auschwitz

Source : Site de la Maison Antoine Vitez

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s